maison autonome
Maison autonome en énergie : comment ça fonctionne ?
Temps de lecture :2 Minutes, 45 Secondes

Ces dernières années, le développement des énergies renouvelables a permis la construction de maison totalement autonome. Appelée également maison autosuffisante, la maison autonome est non seulement une alternative écologique, elle est également économique. Comme son nom l’indique, la maison n’est pas raccordée aux réseaux de gaz, d’eau et d’électricité. Toutes les énergies dont les occupants ont besoin, c’est la maison qui les produit. Comment fonctionne la maison autonome ? Quelles sont les modifications à faire pour rendre une maison autonome en énergie ? À quel prix ? Quels peuvent être les avantages et les inconvénients ? On vous explique tout dans cet article.

Qu’est-ce qu’on entend par maison autonome ?

La maison autonome est construite de manière à satisfaire les besoins en énergie des occupants sans dépendre des fournisseurs extérieurs. Autrement dit, elle n’est reliée ni à GRDF ni à ENEDIS… Comparée aux autres maisons, elle est donc respectueuse de l’environnement. Le principe de fonctionnement de la maison autonome est assez simple. L’électricité, l’eau et la chaleur, elle les produit grâce aux panneaux solaires et aux éoliennes. Du fait qu’elle soit totalement indépendante, la maison autonome se trouve la plupart du temps dans des beaux endroits isolés (ex : en pleine forêt ou dans les montagnes). Aujourd’hui, par respect de l’environnement, de plus en plus de propriétaires décident de transformer leur maison en maison autosuffisante. Il suffit juste d’avoir les bons équipements pour produire l’électricité, pour assurer le chauffage et l’approvisionnement en eau et le tour est joué. Pour la production de l’électricité, le nombre de panneaux à installer va dépendre non seulement de la surface du toit, mais aussi de la consommation. En ce qui concerne le chauffage, le poêle à bois ou la pompe à chaleur sont fortement recommandés. Enfin, le puits est la meilleure alternative pour assurer l’approvisionnement en eau.

Le prix d’une maison autonome

maison autosuffisante
Crédits : Pixabay

Il est impossible de déterminer à l’avance le budget qu’il faut allouer à la transformation d’une maison classique en maison autonome. Cependant, il est à préciser que cela a un prix. La construction d’une maison autonome coûte environ 15% de plus que celle d’une habitation standard. Et cela constitue un frein pour la plupart des propriétaires. En effet, le prix des matériaux est assez cher. Pour les panneaux solaires par exemple, il faut compter entre 7 000 et 25 000 euros. Ensuite, il faut acheter des batteries lithium pour stocker l’énergie. Ces dernières coûtent entre 500 et 1 000 euros. Rien que pour la production de l’électricité, on est déjà dans les 20 000 euros. Vient ensuite le chauffage. Un poêle à bois coûte entre 1 500 et 6 500 euros. Bien évidemment, le prix inclut la pose. Enfin, pour ce qui est de l’eau, l’alternative la moins chère est le forage de puits. Le mètre creusé coûte entre 100 et 120 euros. Toutefois, il y a aussi le système de récupération de pluie qui est très intéressante. Le prix varie selon la taille de la cuve et le type de système installé. En général, il faut compter entre 500 et 6 000 euros pour cette option.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
100 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.

Pourquoi peindre un toit en blanc peut limiter l’apport en chaleur
Temps de lecture :3 Minutes, 19 Secondes

Un moyen simple et peu coûteux de résoudre la crise énergétique émergente et le changement climatique étroitement lié consiste à améliorer l’efficacité énergétique des systèmes existants dans le monde. Lire la suite

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.

mal de dos
Les conseils de la médecine du travail pour éviter le mal de dos.
Temps de lecture :2 Minutes, 44 Secondes

Le mal de dos que l’on appelle aussi lombalgie est une douleur au niveau des vertèbres lombaires, au bas du dos. Quand on en est victime, on a des difficultés à faire certains mouvements. Cela impacte la qualité de vie et les performances professionnelles. Pour éviter le mal de dos, voici les conseils de la médecine du travail.

Les origines du mal de dos

Dans la majorité des cas, le mal de dos est lié au travail. Il arrive à cause d’un intense travail physique, de port de charges lourdes, de gestes répétitifs et inadaptés et de position debout statique. Mais le mal de dos est aussi causé par une mauvaise posture, une position assise avachie… Selon l’Assurance maladie, ses principales causes sont la manutention manuelle ainsi que les chutes de hauteur et de plain-pied. À noter que d’autres facteurs aggravent les douleurs comme les postures contraignantes, la fatigue, les courbatures, le froid, l’inactivité et le stress. Le souci est que si le mal de dos perdure, il entraîne des douleurs chroniques et une incapacité de travail. Il peut également réduire les capacités du système immunitaire. Et encore, il a des effets négatifs sur la santé psychologique, car les douleurs génèrent de l’irritabilité, une baisse de motivation et de l’estime de soi, une dépression… Il y a plus d’informations sur https://www.ciamt.org/.

La lutte contre le mal de dos

Pour lutter contre le mal de dos au travail, l’employeur doit adopter des mesures préventives. Il faut revoir l’organisation professionnelle en diminuant les cadences, imposer des pauses musculaires, mettre à disposition des matériels de manutention adaptés, réduire les charges à porter et former aux postures et gestes à éviter et à faire. Il faut encore savoir identifier les risques et mettre en place des actions de prévention. Afin d’éviter le mal de dos, le salarié faisant du travail intensif doit prendre une pause de 5 min toutes les heures. Sinon, c’est 15 min toutes les 2 heures. Cela permet de bouger les articulations et de baisser le stress. Si on fait des tâches manuelles et physiques, on se sert des jambes que du dos, et on évite le port de charges lourdes d’un seul coup. Il faut encore travailler avec une lumière adaptée, car un mauvais éclairage incite à fléchir le cou de manière excessive.

Une bonne hygiène de vie

mal de dos au travail
Crédits : Pixabay

En plus des gestes et des habitudes à tenir, il faut aussi avoir une bonne hygiène de vie pour éviter le mal de dos. On fait attention à notre nutrition en optant pour une alimentation variée et équilibrée. On prend aussi un petit-déjeuner complet afin d’éviter la baisse d’énergie. On dort suffisamment. Pour notre santé, on n’hésite pas à investir dans un matelas de qualité et des oreillers adaptés à notre morphologie. La nuit, on privilégie la position fœtale ou sur le dos. On n’oublie pas l’importance de l’activité physique régulière pour combattre le mal de dos. Le but est que les muscles restent actifs. Les sports recommandés sont le cyclisme, la natation, le yoga, le fitness, la marche à pied ainsi que les exercices d’étirement.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.

Comment utiliser les cristaux CBD et l’huile de chanvre insomnie ? Dormir comme un bébé
Temps de lecture :2 Minutes, 0 Secondes

Selon les statistiques de l’OMS, au moins 40 % de la population mondiale souffre de problèmes de sommeil. On considère que vous avez des problèmes de sommeil si vous ne parvenez pas à compléter les phases REM et NON-REM. Les cristaux CBD ont commencé à être utilisés pour les personnes qui ont des difficultés à s’endormir. En général, cela se produit si le cerveau n’est pas capable de sécréter les bonnes hormones au bon moment. Le cannabidiol (CBD) parvient à régler ce déséquilibre, aidant ainsi la personne à mieux dormir. L’huile de chanvre insomnie donne d’excellents résultats sans aucun effets secondaires inconfortables comme le font les médicaments actuels. Lorsque la personne se réveille, elle est reposée et ne sent aucune fatigue.

Mal dormir vous empêche à vous développer professionnellement

Les personnes qui souffrent de problèmes de sommeil savent combien il est difficile de se réveiller chaque jour avec une sensation de fatigue profonde. Faire face à leurs routines quotidiennes devient un vrai défi. L’effet des cristaux CBD peut être ressenti toute la journée. La nuit, vous avez une bonne nuit de sommeil. C’est important car lorsque vous dormez, votre cerveau assimile tout ce que vous avez appris pendant la journée. Lorsque vous vous réveillez, vous êtes non seulement plein d’énergie et de concentration, mais vous êtes aussi dans la meilleure humeur possible et prêt à commencer votre journée. L’huile de chanvre insomnie ne vous aide pas seulement à bien dormir, elle change complètement votre vie. Les effets secondaires vous inquiètent ? Il n’y en a pas, il suffit de respecter le dosage recommandé.

L’huile de chanvre insomnie aide également à lutter contre la maladie d’Alzheimer

Des recherches ont montré que le cannabidiol est capable d’améliorer la communication neuronale dans le cerveau. Ceci est très important pour prévenir l’apparition de maladies neuro-dégénératives. Les cristaux CBD ont commencé à être utilisés dans la recherche pour tester ses effets sur les personnes aux premiers stades de la maladie d’Alzheimer. Les résultats ont montré que le cannabidiol contribue à retarder le développement de cette maladie. Non seulement vous dormez bien, mais vous protégez aussi votre cerveau. L’huile de chanvre insomnie est dans le viseur de nombreux scientifiques qui, jour après jour, continuent de tester et de découvrir de nouvelles façons d’exploiter les bienfaits de cette puissante substance. Si vous ne voulez rien manquer, nous vous recommandons de chercher plus d’informations sur Internet.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.

tiny house habitat écologique
La Tiny House en bois auto-géré : le top d’habitat écologique
Temps de lecture :2 Minutes, 49 Secondes

La lecture de cet article vous aidera à comprendre davantage la tiny house. C’est un concept qui vient tout droit des États-Unis. En 2005, on construisait des tiny house ou des maisons sur-roues pour venir en aide aux personnes dont les maisons ont été détruites par l’ouragan Katrina. Petit à petit, la tiny house a gagné en popularité. Elle s’est modernisée et elle est aujourd’hui très tendance dans de nombreux pays. En général, elle est fabriquée en bois. Ce qui fait d’elle un mini-habitat mobile complètement écologique. La tiny house construite en bois auto-géré, on en parle dans cet article.

Les étapes de la construction d’une tiny house

Avant de parler de son impact sur l’environnement, il faut d’abord commencer par savoir comment elle est construite. Pour fabriquer une tiny house, il faut commencer par définir le projet et la maquette. Ceci fait, on passe à la préparation de la remorque, la réalisation du sol et l’assemblage de l’ossature de la maison. Pour que la tiny house soit agréable à vivre, on y pose également des isolants thermiques et un pare-pluie. Tout comme avec la construction d’une maison classique, on y pose des fenêtres et une porte. En matière d’énergie, on peut dire que la tiny house est complétement autonome puisqu’elle possède un système d’énergie embarquée. Enfin, il ne faut pas oublier d’installer la plomberie (salle de bain, toilette). Pour ce qui est du choix des meubles et de la décoration, cela dépend des futurs propriétaires. Ils peuvent les choisir eux-mêmes s’ils optent pour l’auto-construction. Par contre, s’ils préfèrent avoir une tiny house clé en main, les professionnels en micro-maison peuvent s’en charger. La tiny house est une maison respectueuse de l’environnement. Vous en saurez davantage en lisant le paragraphe qui suit.

La tiny house, un habitat écologique

tiny house en bois auto-géré
Crédits : Pixabay

Pourquoi la tiny house est considérée comme une maison écologique alors qu’il faut couper des arbres pour la fabriquer ? Eh bien, il faut d’abord noter qu’on ne peut construire une tiny house à partir de rien. Ce qui fait de la tiny house un habitat écologique, c’est qu’elle est composée de bois auto-géré, une matière première que l’on peut replanter. La majorité des constructeurs de tiny house sont aujourd’hui engagés dans la protection de l’environnement. En coupant 35 arbres pour construire une micro-maison, ils s’engagent à replanter deux fois plus, c’est-à-dire 70 arbres. L’avantage avec un tel investissement, c’est qu’il permet d’adapter les forêts aux éventuels changements climatiques, de développer la biodiversité, de nettoyer le sol ainsi que les cours d’eau, de soutenir le reboisement, de créer des emplois, de protéger le sol contre l’érosion… Pour construire des maisons écologiques, les fournisseurs se tournent vers des bois issus des filières locales. Ils privilégient également des isolants végétaux ou naturels (laine…). Afin de limiter la consommation énergétique, la tiny house est équipée de grande fenêtre. Cela permet en effet de jouir de la lumière naturelle. En ce qui concerne le prix, il faut compter entre 25 000 et 50 000 euros pour une tiny house de 20 m2.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
100 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.